« Quand les moteurs seront médecins. | Accueil | PageRank simulation »

11 oct 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

florence meichel

Bonjour

Donc pour le dire à ma manière, il s'agirait d'un environnement particulièrement favorable aux usages...bref une nouvelle approche stratégique : la stratégie environnementale ?

olivier

Florence> Oui, il y a de ça :-) Mais d'autres acteurs (Google, Yahoo, MSN) ont également une stratégie d'encerclement environnemental. Ce qui est nouveau avec Facebook, c'est que - à mon sens - plus qu'une plateforme de "services" (ce qui est l'aspect le plus fréquemment décrit par l'ensemble des commentateurs), ce me semble être d'abord un "générateur d'environnement". Sa logique intrusive (absorbtion de tous vos carnets d'adresses mail à l'inscription) n'y est d'ailleurs pas pour rien.

Manuel Vila

Google et Microsoft ont compris (un peu tard) l'enjeu qui se cache derrière les réseaux sociaux. Il faut les voir comme un sorte de point de convergence ultime d'un grand nombre d'outils passés (journaux, TV, radio) et récents (blog, chat, mailing-list, forum,...). Je crois que dans un proche avenir une grande part des choses circulants sur le web se fera à travers les réseaux sociaux. Cela grâce à une fonction fondamentale, mais pas suffisamment exploitée dans les solutions existantes, la fonction "Propager" qui est la base de la communication décentralisée. J'en parle ici :

http://blog.kindalab.com/2007/09/29/how-to-revolutionize-social-networks/

Alain Pierrot

"Si l'on implante dans Facebook non seulement les outils de travail mais également les habitus sociaux qui les accompagnent, on aura très certainenment marqué un point."

Et si l'on implantait des fonctions sociales dans les outils de travail à l'inverse ?

Effectivement, Facebook est techniquement bien plus abouti que tous les outils de travail collaboratifs auxquels on est confronté. Mais cela implique-t-il ce déport sur les serveurs ? La robustesse du web tient dans la possibilité pour tout noeud d'être client et serveur (sauf incompétence de ma part). Le webOS induirait une inégalité de moyens à considérer prudemment, me semble-t-il.

Pour ma part, je me refuse à charger la moindre adresse de mon carnet sur FB.

olivier

Alain> Vous avez raison de poser la question du WebOS et du risque de l'inégalité de moyens qu'il pourrait occasionner. En la matière, Google possède d'ores et déjà l'infrastructure technique, la puissance calculatoire et les réseaux lui permettant de créer un "second internet" ... propriétaire. La seule question reste hélas de savoir ... "quand" ?

Alain Pierrot

Olivier> «créer un "second internet"»
Pour le coup, ça me paraît difficile : leur puissance réside dans le foisonnement de serveurs et de domaines à indexer. Il leur faudrait faire basculer sur leur réseau une multitude d'acteurs.

olivier

Alain> Non, ce n'est pas difficile. Je ne parle que de l'infrastructure technique, c'est à dire serveurs, puissance de calcul et fibre optique et autres câblages. Le dernier bouquin de Daniel Ichbiach ("Comment Google mangera le monde") décrit très bien les différentes opérations d'achat de la firme qui rendent ce scénario hélas plus que probable.

FB

bien d'accord sur cette vigilance, et cete notion de toile de fond

avantage : lien direct et non public (ou pas trop) entre webmasters, ce qui est une nouveauté en ce qu'elle constitue la totalité de nos blogs comme réseau social empirique ?

paradoxe : misère de ces échanges pollués par l'interface (de bouc) avec ses "cadeaux" et autres singeries

vigilance : pourquoi réserver une info à nos 40 "amis" (de bouc) alors que nos blogs sont ouverts bien plus largement sur la place virtuelle ?

exemple : groupe Bourdieu sur 2nd Life, ils font un excellent travail, ils m'invitent à les joindre mais voilà, suis totalement réticent à me déguiser en "avatar" pour aller partager une vidéo, ou échanger "en direct"

lorran

[Et voilà qu'Olivier Ertzscheid, mine de rien, nous donne sur son excellent blog…]

(merci pour cette définition très éclairante)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

142620_couverture_Hres_0
Appetit_couve_1600
Casssconn
332-225x270
Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we've lost in Google ?

Botte de foin


POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

avril 2019

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?