« Peut-on mesurer sans contraindre ? Bienvenue dans le World Wide Brain. | Accueil | Il ne faut pas souhaiter la mort des gens (Serge Dassault inclus) »

24 mai 2018

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Jean-Marie Le Ray

"moins un patronyme qu'une métonymie digestive mal orthographiée", fallait la trouver, celle-là !

Edwige Mingh

Je suivais votre blog de loin en loin (profession oblige !). Votre analyse de Parcours sup et sur ses conséquences ubuesques illustre ce parfait ratage. Comment peut-on en arriver là?
Je mesure aujourd'hui la chance que j'ai eu de
commencer mes études universitaires bien avant ce désastre.

Le Monolecte

Il fallait absorber les 10% d'effectif en plus nés pendant le baby boom de l'an 2000 (le truc pas prévisible du tout!)

On a donc choisi d'exclure plus.

Effectivement, le faire de manière arbitraire, illisible et humiliante était juste une petite coquetterie en plus!

Bienvenue dans la gestion des surnuméraires

camille brachet

Très beau texte. Bien vu, bien dit.

herve_02

Je pense qu'ils sont juste cons et s'en foutent. Je ne pense pas que ce soit 'réfléchis', ce sont juste des abrutis.

Doublesix

Très bon, très pertinent. Merci.

olivier auber

Bah, Parcoursup c'est comme Facebook : un bidule centralisé et opaque qui traite tes statuts au compte-goutte. Macron est le Zuckerberg de l'EducNat mais il a programmé de truc pour que personne n'ait d'amis, que des ennemis.

dirk

Le liftier Macron assure un capitalisme débridé à tous les étages.
C'est sa mission de gouvernant, comme tous ses prédécesseurs.
Pour cela il dispose de la violence légalisée, celle de sa police militarisée sous les ordres du sphincter en chef, le Collomb.
On n'est pas sérieux quand on a 17 ans mais "ne pas être anarchiste à seize ans, c'est manquer de cœur. L'être encore à quarante ans, c'est manquer de jugement."

mimi

Le bac est le 18 juin et non le 8, pour rassurer ceux qui croiraient les informations de l'article !
Avec APB on avait un oui peut-être dès le départ, mais combien l'avaient sur leur 1er voeux ?
Au final,sur le fonctionnement la grande différence avec APB c'est qu'avec APB les candidats classaient leurs voeux, et donc nul besoin d'attendre qu'ils se désistent, maintenant les voeux ne sont pas classés, et certains reçoivent 15 oui, donc il faut attendre que cette personne libère 14 places en faisant son choix. C'est plus de stress peut-être pour les "en attente", mais pour tous c'est la possibilité de hiérarchiser leurs voeux fin mai et non début mars, et ce n'est pas ça qui fait qu'à la fin moins seront reçus. Sur APB si tu avais ton voeux 1, le 2 était invalidé d'office ! La question du nombre de places et de la sélection est un autre sujet, et là oui c'est un cheval de Troie, mais avec APB le mouvement de sélection et le manque de places était bel et bien engrangé. Mais ce n'est pas sur le nombre de "en attente" à ce jour qu'on peut l'évaluer ou dire que c'est pire qu'APB... Il faut distinguer le mode de gestion des voeux par le logiciel / les infos prises en compte pour la sélection / la politique du gouvernement, pour bien comprendre comment ça marche et se demander ce qui est juste/injuste.

Gilles Martin

Criant de vérité. Et maintenant quelles sont les alternatives pour virer des cons qui n'ont pas conscience de l'être. Ils nous conduisent à des choix tendant à l'extrémisme sous toutes ses formes.
La responsabilité sans partage de ce gâchis annoncé restera dans les annales de ce gouvernement.
Remercions celui ci, pour peu que la prise de conscience pousse la gente à prendre son destin en mains et les conduisent à une réflexion constructive.

François

Chouette texte.
Dommage que Macron, qui prouve que le temps ne fait rien à l'affaire (il y a autant de jeunes cons que de vieux cons, de jeunes intelligents que de vieux intelligents), ne suffise pas à vous rendre moins âgiste.
Vous êtes visiblement tellement persuadé que les vieux sont cons que si un jeune est con, ça devient un vieux. On retombe toujours sur ses pattes...

Marc Bruxman

Je ne vois pas trop le point. On a eu un système qui de l'avis de tous ne marchait pas. Avant cela marchait comme ca mais sans algo. Je me souviens avoir envoyé plein de dossiers à des établissements, j'ai reçu du positif et du négatif et j'ai finalement laché les places la ou je ne voulais pas aller. D'autres les ont prises. Et donc oui le salaud de premier de cordée que j'étais a fait attendre des gens. (Je ne suis pourtant pas spécialemetn allé à l'X hein). En fait c'est pourtant logique, tu as bien réussi, tu as plus de portes ouvertes que si tu n'a pas bien réussi ton année. Le système t'obligeant à donner une réponse, on aura assez vite des étudiants satisfaits.

Btw à l'époque, j'ai su après le bac ou j'allais étudier. En fait ce n'était que plus tard car j'ai été en liste d'attente (et pas pris) sur un autre établissement ou j'aurais préféré aller. Donc j'ai secrétement espéré jusqu'en Septembre avant de comprendre que j'avais perdu. J'ai pris ma revanche après ;)

SK

@Max Bruxman :
Contrairement à ce que vous affirmez, le système précédent d'affectation était perfectible mais globalement fonctionnait, sauf qu'il n'y avait pas assez de places dans certaines filières. On l'a remplacé par un système qui ne fonctionne pas sans pour autant augmenter le nombre de places. On se retrouve donc avec deux problèmes au lieu d'un.

PS : très bon texte.

Olivier

Euh, je tiendrais à signaler qu'il y en a qui connaissent l'humiliation très tôt. Ils s'appellent Moustafa, Mohamed, Slimane, Babacar. Ils font de la garde à vue pour oubli de papiers, parfois juste pour avoir répondu, par plaisir de l'humiliation, pour apprendre à respecter l'Homme de Loi. Savoir que si tu gueules un peu trop, tu te retrouveras avec l'officier Lambert, 52 ans et 12Okg d'ennui, qui s'assoit sur ton torse. C'est d'autant plus normal que d'habituer la jeunesse à cet état de fait : l'Etat doit être respecté, et chacun doit rester à sa place.

parcoursup

On ne peut pas juger de la pertinence ou pas de parcoursup après 3 jours. Un jugement trop hâtif pourrait laisser imaginer une condamnation politique par principe plutôt qu'une évaluation indépendante et scientifique du dispositif. Comme vous vous présentez comme "maître de conférences" une vision scientifique et non dogmatique serait la bienvenue. Sinon il faut changer le titre de votre blog pour ne pas faire un mélange des genres. Attention à ne pas devenir un "vieux con" hostile par principe à tous les changements.

Mon fils n'a pour l'instant eu aucun voeux, et alors ?
Par contre il est en bonne place sur des listes d'attentes pour des choix qu'il n'aurait jamais mis en priorité 1 avec APB en février. Il pourra au final réellement choisir entre plusieurs propositions. C'est LUI qui fera son choix. C'est comme à la cantine c'est toujours meilleurs quand on peut choisir son plat. Avec APB il n'y avait aucun choix possible, le système décidait pour toi en juin sur tes priorités de février.
Les moyens pour le boom de 2000 est une autre histoire il ne faut pas tous mélanger et cela aurait du être anticipé il y a 5 ans au moins.

JPJ

Puissant.

Joëlle Le Marec

Ce texte est super pertinent. En particulier le triomphe du management par l’humiliation. Jusqu'ici je réagissais à l'insupportable volonté d'aggraver systématiquement les inégalités, de détruire ou pourrir la vie de millions d'êtres parmi les plus vulnérables, car nous sommes tous reliés (la fraternité, sans laquelle l'égalité n'est qu'un concept mathématique). Mais elle est parfois rapportée à des conséquences générales qui noient les questions essentielles (les conséquences socio-politiques, etc.). On se retrouve avec des discours idiots du genre : il faudrait être solidaire du migrant sinon celui-ci deviendra un ennemi...Mais en effet, l'humiliation....la possibilité même de parler d'égalité n'a alors plus de sens, on sort des calculs dictés par le rational choice. L'humiliation est le mal directement infligé. Denise Lallich dit dans le film "Visiter l'histoire" (ne cherchez pas vous ne trouverez pas, c'est un film tiré d'une rencontre avec cette ancienne résistante à Lyon), que ce qu'elle a tiré de son expérience de guerre, c'est qu'il ne faut jamais humilier l'autre, jamais, et c'est ce qu'elle a enseigné toute sa vie à ses élèves. Non seulement l'humiliation détruit celui ou celle à qui elle est infligée, mais elle détruit celui qui l'inflige car celui ou celle-ci a peur : il se retrouve amputé de quelque chose qui lui fait irrémédiablement défaut. Les sociétés esclavagistes ont été structurées par la peur de ceux à qui on infligeait humiliation, même si l'humilié.e était loin, à l'autre bout de la terre. Michaël Moore, dans son film sur Columbine, filme la peur au principe d'une société d'individus qui cachent des armes sous leur lit. Baldwin dans le film "I am not your negro" demande aux américains pourquoi ils ont tellement besoin du nègre. Il constate aussi, du point de vue dans lequel on l'a mis, les nécroses qui affectent une Amérique qui s'est volontairement amputée d'une partie d'elle-même. Ce que nous faisons en France actuellement : une fraction de la société représentée par Marcon, est en train de tout à la fois humilier et de faire mal aux Autres (les migrants, les précaires, les zadistes, les jeunes, mais aussi à l'Assemblée les députés de l'opposition) et de développer une peur panique d'autrui. L'humilié est un salaud car il prive l'humiliant de l'amour que celui-ci réclame des humiliés (c'est tout le sens de la confrontation entre le Christ et Ponce Pilate dans le maître et marguerite de Boulgakov). Le public, comme condition qui permet d'activer continuellement le refus de l'humiliation et donc de rendre vivante et intense la confiance partagée (se mettre à la merci du pouvoir d'autrui pour que celui-ci ne fasse surtout pas usage de ce pouvoir), le public n'existe plus. Nos enfants nos mineurs migrants, nos lycéens, nos étudiants, ne peuvent plus avoir confiance. J'ai l'impression d'avoir passé toute ma carrière à essayer de rendre compte de ce rapport de confiance, comme moteur politique vital, lié à la dette que nous avons les uns envers les autres, envers les ascendants et surtout les descendants, et d'avoir vu les démissions successives de quantités d'agents des institutions publiques qui, pour une raison ou une autre, ont trouvé des charmes à la modernisation de ces institutions par la délégation de tous les rapports humains à au marché des technosciences sociales.

Gael F.

Bonjour !

Il ne s'agit en rien d'un ratage, mais d'une parfaite réussite. Ce séduisant personnage fait ce pour quoi il est payé et il le fait bien. Que personne n'oublie que ce sympathique vomitif nous a été envoyé par Goldman-Sachs. Sa mission : Détruire la France, neutraliser tout ce qui fait son avenir.
Comme le dit Étienne Chouard, "la situation n'est pas catastrophique pour les 1% qui nous dirigent et qui s'en mettent plein les poches."
Et qui nous veulent vaincus.

Lucas D.

@parcoursup APB ne fonctionnait pas comme cela. On pouvait ordonner ses choix jusqu'à fin avril.

Et on était pas jugé sur la cohérence de son parcours scolaire, ce qui m'a par exemple permis de mettre de l'économie, des sciences économiques de la philo et de l'informatique.

Trier des formations selon sa préférence me parait bien plus une liberté que de demander des affectations dans des établissements qui jugent selon des critères auxquels on n'a plus accès, avant, on savait tout...

Ce nouveau système est une illusion de choix, car seuls les mieux décidés sur leurs décisions d'orientation s'en sortent. Et on sait qui ils sont.

PS pour @mimi : oui, certaines épreuves dans certaines filières commencent le 8 juin (il n'y a pas que le bac général en France).
Si tu voulais ton vœu 2 et pas ton vœu 1 alors il fallait bien classer et inverser les deux ?

Peut-on vraiment estimer qu'un élève qui s'est trompé dans l'ordre de ses voeux voulait vraiment ce voeu ? Non, il ne les avait pas examiné assez sérieusement.

En gros là, on a décidé que les premiers pourraient faire leur demande "vite fait", les autres galèrent, étudient, peinent et s'investissent dans le processus mais seront en attente... une injustice supplémentaire.

Diogène

On s'y attendait, aucune surprise donc avec APB.

D'ailleurs la situation est logique : massification de l'enseignement, et notamment supérieur, mais sans adapter les structures. Catastrophe attendue. C'est bien de pousser tout le monde au sup', mais pour en faire quoi ? Illusion de démocratisation...

Codeur Discount

J'ai lu dans le texte ou les commentaires l'allusion à ceux qui passent devant les autres, mais (sauf erreur) nulle part le fait qu'il y a 3 cas :

1/ le dossier est béton, OK toutes les portes sont ouvertes
2/ Bug informatique / algorithme mal pensé
3/ le candidat BOURSIER passe devant toues les autres. C'est fixé par les quotas, et c'est dans l'algo ParcourSup.

Le problème, c'est 1/ qu'il faut le savoir.

2/ que des élèves ayant droits à une bourse n'avaient pas les justificatifs au moment de ParcourSup et donc seraient à même de revendiquer demain de passer devant les autres.

C'est pas fini cette histoire...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Appetit_couve_1600
Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we have lost in Google ?

POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Botte de foin


Postes McF 71ème section sur Galaxie
Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

octobre 2018

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Related Posts with Thumbnails
Casssconn
Classiques connectés
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?

Affordance touitte.