« Bienvenue dans le World Wide Wear | Accueil | Les petits liens du week-end »

11 nov 2013

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c622e53ef019b00f3d9e9970d

Voici les sites qui parlent de D'un "F" qui veut dire ... forclos. :

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

narvic

Je partage largement votre sentiment, pourtant je ne peux m'empêcher de penser qu'il y a un défaut quelque part dans ce raisonnement. Mais j'ai du mal à situer où ça cloche...

La réponse est peut-être ici-même, dans le fait que votre blog est toujours là, et que je viens toujours le lire, malgré Google, malgré Facebook, malgré Twitter, en empruntant le même chemin qu'auparavant: mon abonnement RSS à Affordance.

Je sais, ça commence à faire un peu old school, les flux RSS (et même les blogs, soyons francs)... Mais ce web-là existe toujours et il fonctionne encore. Même s'il s'affaiblit, manifestement. Google a porté un coup très méchant aux flux RSS en coupant le robinet de Google reader. Et les blogs (j'entends les blogs personnels, et surtout non commerciaux!) s'épuisent, pour beaucoup d'entre eux (voire ils font carrément naufrage comme un certain novovision.fr, dont l'épave a été récemment renflouée ;-).

Je soupçonne qu'il existe une sorte d'effet d'optique qui entraine une distorsion de la perception que peuvent avoir du web ceux qui le fréquentent depuis longtemps, en raison même de la massification formidable que son accès a connu ces dernières années.

On a connu un web qui fonctionnait avec quelques dizaines ou centaines de millions de personnes, alors que les entrepreneurs du web d'aujourd'hui ont maintenant les yeux rivés sur "le prochain milliard" !

Le web que vous dites forclos, c'est celui du premier million. Et celui qui l'a tué, serait celui du premier milliard... Sauf qu'il ne l'a pas tué. On pourrait dire plutôt qu'il l'a noyé, mais ce serait aussi mortel. Disons alors qu'il l'a enveloppé ou recouvert.

Ce qui est mort, c'est juste un espoir, que j'ai probablement partagé avec vous, et qui se révèle déçu.

Le web du premier million était, pour nous, riche de tellement de promesses, et surtout celle d'échapper à la logique de médias tels que la radio et la télévision, qui avait déjà atteint, quant à eux, leur premier milliard depuis un petit moment.

Ce que nous voyons aujourd'hui, c'est juste un rattrapage... Le web du premier milliard, c'est juste comme la télévision du premier milliard, mais en pire... Alors que nous avions espéré, en toute candeur, que "notre" web la remplace.

On le sait aujourd'hui, le web du premier million est - véritablement - devenu une goutte d'eau dans le web du premier milliard. Il y apparait comme dilué ont point qu'on ne le voit plus. Mais il est toujours là, Affordance est toujours là. L'avenir ne lui est pas fermé (sauf peut-être sur le web mobile, verrouillé dès sa création par les marchands, et, dans la pratique, interdit d'accès à un web qu'on dira désormais... alternatif).

Ce web alternatif doit juste se contenter de reconnaitre qu'il est simplement... marginal. Et reconnaitre aussi qu'il était déjà marginal, même quand il occupait 100% de l'espace du web du premier million.

L'illusion d'optique est tout entière tenue, à mon sens, dans ces chiffres; 100% de 1 millions, ça fait un million ; et un million au sein de un milliard... ça ne fait plus que 0,1%... alors que c'est toujours 1 million. ;-)

narvic

Je partage largement votre sentiment, pourtant je ne peux m'empêcher de penser qu'il y a un défaut quelque part dans ce raisonnement. Mais j'ai du mal à situer où ça cloche...

La réponse est peut-être ici-même, dans le fait que votre blog est toujours là, et que je viens toujours le lire, malgré Google, malgré Facebook, malgré Twitter, en empruntant le même chemin qu'auparavant: mon abonnement RSS à Affordance.

Je sais, ça commence à faire un peu old school, les flux RSS (et même les blogs, soyons francs)... Mais ce web-là existe toujours et il fonctionne encore. Même s'il s'affaiblit, manifestement. Google a porté un coup très méchant aux flux RSS en coupant le robinet de Google reader. Et les blogs (j'entends les blogs personnels, et surtout non commerciaux!) s'épuisent, pour beaucoup d'entre eux (voire ils font carrément naufrage comme un certain novovision.fr, dont l'épave a été récemment renflouée ;-).

Je soupçonne qu'il existe une sorte d'effet d'optique qui entraine une distorsion de la perception que peuvent avoir du web ceux qui le fréquentent depuis longtemps, en raison même de la massification formidable que son accès a connu ces dernières années.

On a connu un web qui fonctionnait avec quelques dizaines ou centaines de millions de personnes, alors que les entrepreneurs du web d'aujourd'hui ont maintenant les yeux rivés sur "le prochain milliard" !

Le web que vous dites forclos, c'est celui du premier million. Et celui qui l'a tué, serait celui du premier milliard... Sauf qu'il ne l'a pas tué. On pourrait dire plutôt qu'il l'a noyé, mais ce serait aussi mortel. Disons alors qu'il l'a enveloppé ou recouvert.

Ce qui est mort, c'est juste un espoir, que j'ai probablement partagé avec vous, et qui se révèle déçu.

Le web du premier million était, pour nous, riche de tellement de promesses, et surtout celle d'échapper à la logique de médias tels que la radio et la télévision, qui avait déjà atteint, quant à eux, leur premier milliard depuis un petit moment.

Ce que nous voyons aujourd'hui, c'est juste un rattrapage... Le web du premier milliard, c'est juste comme la télévision du premier milliard, mais en pire... Alors que nous avions espéré, en toute candeur, que "notre" web la remplace.

On le sait aujourd'hui, le web du premier million est - véritablement - devenu une goutte d'eau dans le web du premier milliard. Il y apparait comme dilué ont point qu'on ne le voit plus. Mais il est toujours là, Affordance est toujours là. L'avenir ne lui est pas fermé (sauf peut-être sur le web mobile, verrouillé dès sa création par les marchands, et, dans la pratique, interdit d'accès à un web qu'on dira désormais... alternatif).

Ce web alternatif doit juste se contenter de reconnaitre qu'il est simplement... marginal. Et reconnaitre aussi qu'il était déjà marginal, même quand il occupait 100% de l'espace du web du premier million.

L'illusion d'optique est tout entière tenue, à mon sens, dans ces chiffres; 100% de 1 millions, ça fait un million ; et un million au sein de un milliard... ça ne fait plus que 0,1%... alors que c'est toujours 1 million. ;-)

iGor

Bonjour,

Il est non seulement possible pour un chercheur qui travaille sur les biotopes du Web de quitter les zone d'exclusion. Idem pour un étudiant, ou quiconque.
C'est un choix, qui a des conséquences, certes. Mais qui a du sens.

Le Web des liens et de l'échange existe. Continuons à le nourrir.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we have lost in Google ?

POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Botte de foin


Postes McF 71ème section sur Galaxie
Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

juillet 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
Related Posts with Thumbnails
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?

Affordance touitte.