« Une question sans réponse. Une seule. | Accueil | Le petit lien du week-end inspire Borges »

16 mai 2013

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c622e53ef0163061dc34a970d

Voici les sites qui parlent de De qui se MOOCS t'on ? :

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

JM Salaun

Salut Olivier,

A mon avis la vraie rupture des MOOCS est de détacher l'université de sa communauté. Le modèle de l'université était jusqu'ici protégé par la fermeture de la communauté, symbolisée par la carte d'étudiant, puis par le mot de passe numérique, sésame des privilèges réservés. Proposer un modèle ouvert casse cette institution. pour le meilleur ou le pire.

randolph

Y'a-t-il un MOOCS qui enseigne comment rédiger des posts aussi complets ? A moins que ce soit le fruit d'une formation des plus classiques ? ;)

J.-D. Zeller

Bonjour Olivier,
Merci pour cette "somme".
Malgré tout rien de très nouveau pour ceux qui suivent le dossier depuis un bout de temps. J'ai le sentiment persistant que ce "mouvement" met la charrue avant les boeufs c'est à dire privilégie l'audience (le MASSIVE)à la qualité pédagogique.

Je préfère nettement la démarche de l'Université de Laval au Québec, qui a, à ma connaissance, le nombre de professionnels en e-learning proportionnellement le plus élevé que j'ai vu dans l'univers académique francophone (et un nombre de cours proposé à distance considérable).J'ai eu l'opportunité de discuter avec certains d'entre eux, qui partent du principe que les modules d'enseignement à distance ne sont efficaces que si chaque unité d'enseignement est construite avec des objectifs pédagogiques défini au plus petit niveau de granularité (quasiment l'heure de cours).

C'est beaucoup de travail initial mais c'est la seule manière (à mes yeux) de pérenniser ce genre de processus et de maîtriser l'avenir non pas l'université (institution) mais de "l'esprit" de l'université (la schola en d'autre terme).

olivier ertzscheid

Bonjour Jean-Daniel,
A la fois d'accord et pas d'accord avec ton commentaire. D'accord sur la question de l'éternel débat de la granularité, présent en France également depuis au moins 15 ans dans tous les colloques de la FOaD (formation à distance). Mais je crois que l'enjeu est ailleurs : si l'on vise l'apprentissage, alors il est clair qu'il faut s'appuyer sur une granularité qui seule le permet et qui facilité également les processus de certification. MAIS. Mais je crois que les MOOCS peuvent/doivent également viser "simplement" la diffusion de connaissances. Auquel cas il me semble inutile de couper les cheveux didactiques en 4 pour simplement faire oeuvre de pédagogie en permettant l'accès au plus grand nombre à des ressources "de connaissance", sans (trop) se soucier de l'apprentissage lié.

walter

Merci Olivier pour cette très belle synthèse. On peut dire en somme "Rien de nouveau sous le soleil". Dans ces dispositifs, la pédagogie ne semble pas en sortir grandie, et le marketing est roi. Ce n'est pas Onfray, avec Universités populaires nouvelle formule, qui me démentira. En revanche, comme l'indique Jean-Daniel, le mérite des Moocs, est de s'attacher à la levée des freins d'accès au savoir(je rajouterai symboliques). En cela les Moocs, permettent de mettre un sujet éminemment politique sur la table. Quels savoirs doivent être largement diffusés pour contribuer au développement de nos territoires ? Comment les institutions locales, sous l'impulsion des territoires, peuvent engager des coopérations dans la production / diffusion de cours ouverts ? A quand des Coocs ? pour Citizens Open Courses Séminars)... Reste à savoir si dans nos institutions édicatives, au delà du discours, il existe une envie réelle et les moyens, pour s'engager sur la voie de l'innovation. Une innovation, non pas béate, mais empreinte d'un désir d'expérimenter, d'évaluer les usages, sur la durée. Une exigence qui dépasse une simple politique communicante d'affichage

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we have lost in Google ?

POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Botte de foin


Postes McF 71ème section sur Galaxie
Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

décembre 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Related Posts with Thumbnails
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?

Affordance touitte.