« Le chercheur en son labo. | Accueil | La bourse et la putain : Wall Street Attention Whores. »

24 mai 2012

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c622e53ef016766bf134b970b

Voici les sites qui parlent de De quoi la page web est-elle le nom (droit de suite) :

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

JM Salaun

Salut Olivier,

Je pense que tu fais une confusion commune. Les pourcentages concernent le bits et non les contenus. Pour toi une image vaud combien de mots ?

Les calculs en bits ne renseignent pas sur grand chose, sinon sur la saturation des flux et mémoires informatiques.

olivier ertzscheid

Salut Jean-Michel,
je comprends le sens de ta remarque mais ne suis pas d'accord quand tu indiques que les "bits ne renseignent pas sur grd chose" : ils renseignent précisément sur la nature de l'entité page autant que sur la saturation des flux. En l'occurence sur l'ingénierie sous-jacente à la "page-web" inexactement perçu comme "média-texte". La part du processuel qui se traduit dans la quantification des bits (scripts, css, etc) donne - me semble-t-il - des indications précises sur la granularité de l'entité première du web-média (= la page web)

Julien

Bonjour,

Je ne suis pas non plus d'accord avec ta conclusion. Oui, la taille des pages web augmente mais par contre son contenu est stable ainsi que sa repartition (image / texte codant (script, stylesheet, ...) / texte non codant ).

Ainsi, l'image ne prend pas une place prépondérante sur le texte si ce n'est que la qualité de celles-ci s'améliore.

Clochix

Je ne sais pas si on peut parler de mutation du texte vers l'image. Il a a toujours eu des images sur le Web, mais pendant longtemps les contraintes techniques (bande passante) ont limité la taille des images. C'est une contrainte qui a en grande partie sauté aujourd'hui, et les auteurs se rattrapent.

Une évolution peut-être similaire à celle des médias papiers où l'image a aussi longtemps été un parent pauvre à cause de contraintes techniques.


Reste à voir si la tendance à l'obésité va continuer, ou s'inverser (possible si le mobile devient le principal moyen de naviguer, et impose donc à nouveau des contraintes fortes sur la taille des pages).

Si l'obésité se confirme, le Web ne fera rien d'autre que de rester dans l'air de l'époque, dominée par la recherche continue de toujours plus, quelque soit ce plus.

Pour ce qui est de la taille des scripts, je pense qu'elle résulte de deux phénomènes :
- le "web social" conduisant à mettre de plus en plus de fonctions de partage sur chaque page, ce qui les alourdit considérablement;
- le passage d'un Web essentiellement de documents (textes, images, vidéos) à un Web mixte où cohabitent et interagissent des documents et des applications. S'il y a une mutation en cours du Web, c'est amha par ici qu'il faut la chercher.

Sylvain

Bonjour,
Pas tout à fait d'accord, les bits ne nous renseignent pas sur l'importance des contenus, comme les autres commentateurs le font remarquer.
Tout simplement parce que nos connexions sont plus rapides, donc le poids n'est pas un élément déterminant qui nécessite un arbitrage entre images ou textes.
Si les bits augmentent mais parallèlement que nos outils deviennent plus performants, on ne peut pas parler d'infobésite, mais plutôt de croissance...

nyquist

Tout a fait d'accord avec Sylvain... D'ailleurs j'en parlais a ma femme pas plus tard que ce matin : j'ai pris 5Kg depuis l'année dernière mais en même temps j'ai changé ma twingo contre une clio donc pas de soucis...

Croire que tout le monde a une connexion internet à haut debit, sans saturation, 1 méga c'est long à charger dans ma config actuelle, en france, et en 2012.
Heureusement que des contournements existe (noscripts,adblock,flashblock,proxyfiltrant) pour "accelerer le web".

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we have lost in Google ?

POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Botte de foin


Postes McF 71ème section sur Galaxie
Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

septembre 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
Related Posts with Thumbnails
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?

Affordance touitte.