« "Comment les réseaux sociaux chamboulent les usages sur le web" | Accueil | Black-out et empathie »

09 jan 2012

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c622e53ef0168e53ded6a970c

Voici les sites qui parlent de Une société est-elle possible sans copie ? :

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

bituur esztreym

la solution originale des "verrous libres" c'est les RNS proposés in illo tempore par Loïc Dachary, au lieu des DRM : Right Notification System au lieu de Digital Restrictions Management. ... le cadre législatif et les industries du divertissement ont évidemment préféré les DRM, jusqu'à des DRM rootkit (la fameuse affaire du rootkit XCP de Sony)...

®om

La volonté d'interdiction du partage provient du problème "économique" pour les auteurs.

Mais d'où vient ce problème ? Pourquoi y a-t-il un problème ?
--> À cause du conflit entre l'abondance et l'économie. Un accès à tous (une offre illimitée) et un coût marginal nul impliquent un prix nul.

La question fondamentale est donc : faut-il lutter contre l'abondance pour restaurer une rareté artificielle propice à une demande solvable ?

Beaucoup des solutions proposées souhaitent instaurer une restriction d'accès afin de pouvoir faire payer.

Est-ce une réponse correcte ? D'après moi, à l'évidence, non.
Demandons-nous : quel est le but de l'économie ? C'est de résoudre les problèmes de rareté auxquels la société doit faire face. Avec l'abondance (dans certains domaines), par définition les problèmes de rareté sont résolus.

Mais alors, faudrait-il restaurer une certaine rareté pour résoudre un problème économique, alors même que l'économie a pour but de résoudre les problèmes de rareté ? Ce serait lutter contre l'objectif afin de conserver ce contre quoi on lutte.

Alors que faire ?

Le revenu de base (dividende universel) me semble la meilleure solution.
http://blog.rom1v.com/2011/02/dividende-universel-un-enjeu-majeur-de-societe/
http://blog.rom1v.com/2011/06/labondance-contre-leconomie/

Le libre partage de la culture, de la connaissance, et plus généralement de tous les biens non-rivaux devrait être légalisé et même encouragé. En particulier, l’utilisation non-commerciale d’une œuvre devrait être un droit du public non contestable par l’auteur.

Hervé

Il est quand même dommage que le sujet soit pas terrible.

Certes la question "une société est-elle possible sans copie" est bonne, mais je vois pas les réponses ?... et "protéger la création en maintenant un droit de copie" ?... comme si création et copie étaient opposés.

J'ai l'impression que les auteurs de ce sujet n'envisagent la copie que dans le cadre de la consommation ; or elle est un élément essentiel de l'éducation, et même de la création. La copie est un élément essentiel de la constitution de son identité.

Si, dans le cadre de la consommation, il est clair qu'il faut empêcher la copie dans le cadre de nos sociétés du moins, la réponse est moins claire dans les autres cas. Si on fait payer, ne risque-t-on pas de limiter éducation et création à Molière ?

Or si on ne résout pas ces cas là, nos sociétés ne peuvent pas "vivre". Molière est grand, mais on ne peut pas vivre dans son souvenir. Or ces cas ne semblent pas traités, ou je me trompe ?

Hubert Guillaud

Pas de société sans copieurs, répond Marc Pagel.;-)

ReDoc

Supprimer les sites de partage illégal ou de téléchargement illégal ?

Mais de quels produis parle-t-on ? Si cette question est posée par un bibliothécaire, on comprend qu’il s’agit de livres, de revues et tout ce qu’on peut trouver dans une bibliothèque...

Mais que contiennent ces livres et ces revues ? Un savoir qui participe à la formation des jeunes pour les aider à trouver un job dans leur avenir.

Dans le secteur médical auquel j’appartiens ces livres sont essentiels pour l’acquisition d’un savoir complémentaire aux cours qu’on reçoit à la faculté et qui peuvent être qualifiés du strict minimum !
Ces étudiants lisent des livres pour apprendre comment sauver des vies dans le futur. Ceux qui téléchargent des livres de médecine de manière illégal sont surtout des africains (d’après les statistiques sur mon blog http://recherche-documentaire.blogspot.com ).

On veut aider les pays pauvres, on leur envoie de la nourriture, on leur donne des médicaments, des médecins et des infirmiers se portent volontaires pour aller guérir les enfants dans ces pays... tout çà est beau ; mais que fait-on pour le savoir qui permet de former des médecins, des infirmiers, des professeurs… ? On leur vend des connaissances qui leur permettent de devenir indépendants et de satisfaire leurs besoins en matière de personnel médical et paramédical !!!

Si on veut réellement les aider, doit-on continuer à leur donner des poissons ou doit-on leur apprendre comment les pêcher ?

De peur que mon commentaire soit trop long, je vais essayer de développer ma réponse sur mon blog !

Merci pour m'avoir donné l'occasion de m'exprimer sur ce sujet et de répondre à tous ceux qui m'ont critiqué pour avoir mis des liens vers des sites de téléchargement "illégal" de livres médicaux sur mon blog.

JM Salaun

Salut Olivier,

Tu devrais aussi corriger et noter les commentateurs ;-).

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we have lost in Google ?

POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Botte de foin


Postes McF 71ème section sur Galaxie
Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

novembre 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Related Posts with Thumbnails
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?

Affordance touitte.