« Silence Affordance. | Accueil | Le petit lien du week-end »

19 oct 2011

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c622e53ef01543643638f970c

Voici les sites qui parlent de Le prof de la génération mutante. :

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

JM Salaun

Salut Olivier,

Même si je suis d'accord avec beaucoup de tes propos, je mettrai néanmoins un bémol sérieux.

Le fait que nombre de savoirs sont accessibles tend à les transformer en « données » que l'on prend sans recul, l'étudiant comme le prof. Ton exemple de R. Chartier est une bonne illustration. Figure de l'histoire du livre, il est une référence indiscutable. Indiscutable, sans doute pour l'histoire du livre traditionnelle, son érudition, son analyse, mais plus discutable lorsqu'il va sur le document numérique et carrément absent pour la montée de l'audiovisuel (contrairement à HJ Martin).

Ainsi, l'enseignement ne se réduit pas à répondre à des questions Trivial Poursuit, puis acquérir des compétences. Il est indispensable de donner les bases de raisonnement de la discipline dans une perspective critique. Et là la relation directe (même à distance) avec le professeur est indispensable à la transmission.

Un des gros pbs du web est de fournir des réponses avant que l'on se pose des questions. Cela s'appelle une idéologie.

olivier ertzscheid

Salut Jean-Michel,
bien sûr bien sûr. Roger Chartier n'est bon et ne constitue une "ressource" que sur l'histoire du livre traditionnelle. Il s'agissait juste d'attirer l'attention sur le fait qu'Internet est une base de connaissances formidablement opportune pour nombre d'enseignements. Mais tu as raison aussi sur tes 2 derniers paragraphes, et je m'efforce de faire un peu plus que du trivial poursuit dans mes cours ;-) Le boulot du prof comporte toujours cet invariant fondamental qui consiste à transformer des données disponibles en connaissances et en curiosités. Mais Internet accentue le boulot en amont. Pour autant, et même s'il y a plus de cas particuliers que de généralités en la matière, il me semble qu'il est de plus en plus difficile de faire son boulot si l'on est incapable d'être avant tout un gestionnaire de ressources numériques restant à articuler dans une perspective critique. En bref, les bon profs sont aussi souvent de bons bibliothécaires. Et réciproquement. Mais ça c'est pas vraiment nouveau :-)

Patrick Mpondo-Dicka

Décidément, depuis qu'il y a des blogs de profs, je me découvre des affinités virtuelles (tout récemment avec Virginie Spies, ici: http://semiologie-television.com/?p=3484)!
Je considère aussi que je deviens de plus en plus un "aggrégateur" de connaissances dans un domaine, une sorte de site portail avec map du site et mode d'emploi…
Et l'interview de Michel Serres m'a également sauté aux yeux (ce que dit Michel Serres sur les nouvelles technologies me paraît d'ailleurs toujours intéressant, mais je le croyais prêcheur du désert jusqu'à ce billet)…
Une autre de vos réflexions (dans un autre billet) me fait dire que j'ai fait fausse route en essayant de me conforter à Moodle au lieu de faire comme auparavant: gérer mon site et mon blog avec mes outils, ceux qui s'adaptent à ma manière de faire.
Mais voilà: que faire quand ce sont tous les profs de sont département que l'on essaie d'acculturer à "l'accompagnement pédagogique sur le web"? À moins d'avoir les moyens intellectuels de gérer soi-même une plateforme (ou le temps de la courbe d'apprentissage, ce qui est une autre façon de ne pas avoir les moyens), on passe par celles qui sont disponibles à l'université… et hop, Moodle, argh.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we have lost in Google ?

POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Botte de foin


Postes McF 71ème section sur Galaxie
Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

avril 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
Related Posts with Thumbnails
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?

Affordance touitte.