« Le petit lien du Week-End | Accueil | Berlin 7 en direct live »

30 nov 2009

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c622e53ef012875f3f783970c

Voici les sites qui parlent de Repères pour le futur :

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Stevan Harnad

Mais je n'ai absolument rien contre les licenses CC! Ce que je conteste c'est la fausse implication que ces licenses sont prérequises pour pouvoir fournir le libre accès (LA) par la voie verte de l'autoarchivage (et pour qu'une institution puisse adopter une politique d'autoarchivage obligatoire). C'est tout aussi erronné que l'idée que les auteurs des articles scientifiques en question -- comme règle général, car il peut certes y avoir des exceptions, mêmes beaucoup -- souhaitent non seulement publier ces articles, et non seulement les rendre librement accessible à tout utilisateur, mais souhaitent permettre la réutilisation et la republication de leurs verbatims. (Encore, personellement, je ne vois pas de mal dans ça pour mes textes à moi, mais la clé pour le succès du LA c'est de bâtir ça fermement sur les souhaits consnuels et universels des auteurs un peu particuliers qui sont en jeu (les chercheurs), et pas sur les idéales sur lesquelles cette population déjà anomale n'est même pas en accord univoque -- comme la réutilisation et la republication. (De la patience. Les moeurs érudites vont s'adapter après l'arrivée du LA vert universel.)

(Pardon pour le « triptoter » . Il va sûrement y avoir des fautes de syntaxe et d'orthographe dans ce que j'écris, mais en l'occurrence ceci ne fut qu'une faute de frappe.)

Jean-François Lutz

Concernant le nombre d'universités françaises signataires de la déclaration de Berlin, les choses devraient bouger assez rapidement (disons, d'ici demain matin...)

Reste que la signature ne doit être que le commencement d'une politique d'établissement en faveur du libre accès se traduisant notamment par un soutien fort aux archives ouvertes.

Olivier Ertzscheid

JF Lutz : sur le nombre de signataires j'ai effectivement les mêmes informations ;-)
Pour le reste, vous avez (mille fois) raison. Une signature ne coûte rien. Le plus dur est d'arriver à "évangéliser" aussi bien les collègues (individuellement) que les laboratoires (collectivement). Et aussi à convaincre "le" politique que les indicateurs de performance de demain seront principalement tirés des logiques d'Open Access (mais là peut-être que c'est mon enthousiasme naturel qui parle ;-)

Stevan Harnad

Une signature ne coûte certes rien. Mais les frappes qui comptent sont celles qui dépôsent, pas celles qui déclarent. Et sauf si l'air périhexagonal diffère radicalement de l'air inspiré ailleurs, l'évangélisme ne suffira pas pour animer ces doigts oisifs: La France aussi sera obligée d'adopter les politiques de dépôt obligatoire: Elle n'en a que deux actuellement, et c'est une véritable déficience par rapport à son poids scientifique...
http://www.eprints.org/openaccess/policysignup/

Marc

Dans mon domaine (informatique), nous publions essentiellement chez des éditeurs classiques, ne sommes pas abonnés à leurs revues, tout le monde a ses publis sur HAL ou, pour les autres pays, sur des pages web, et ça marche bien comme ça...

Stevan Harnad

Oui, c'est les informaticiens (en premier) et ensuite les physiciens, puis les économistes qui furent sages n'ayant pas besoin d'une obligation pour déclencher leurs frappes. Mais c'est pour les autres disciplines qu'on s'en fait. (Et d'après les derniers chiffres que j'ai eu de Franck Laloe il y a quelques années, le taux de capture par HAL de l'ensemble des sorties de recherches françaises par année n'excédait pas le taux de dépôt facultatif global sur la planète, ce qui est dans les allentours d'un 15% décevant -- Et c'est les informaticiens, les physiciens et les économistes un peu partout qui rende ce lamentable chiffre même aussi haut qu'il ne l'est...)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we have lost in Google ?

POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Botte de foin


Postes McF 71ème section sur Galaxie
Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

octobre 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
Related Posts with Thumbnails
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?

Affordance touitte.