« Zazie dans la panade. | Accueil | Réponse à Bruno Racine (Google-BnF) »

24 sep 2009

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c622e53ef0120a564b4f5970b

Voici les sites qui parlent de Scanne moins fort, y'a le petit qui dort. :

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Pierre-Alexandre Xavier [Temps Futurs]

Merci.
Tout y est. Et c'est gratuit.

Willy

tres bon titre, tres bon billet ! Merci encore. Et puis ne plus mettre le temps de rédaction du billet permet de ne pas nous effrayer.

Marie H

Passionnant et aussi inquiétant, bien sûr.
Lisant cela, je me demande, comme souvent, pourquoi nous sommes si peu nombreux à nous inquiéter du fait que Google collecte aussi beaucoup d'informations sur nous et les utilise (cf la nouvelle en postface de l'Entonnoir). Pourquoi les jeunes de la génération Y accepte-t-elle sans se poser de questions que Google en sache plus sur leurs activités, lectures, conversations, intérêts que leur propre mère ?

Christophe

Merci infiniment pour cette synthèse - brillante, comme d'habitude.
Savez-vous combien de titres francophones se trouvent parmi les 2 millions de titres libres de droit de OnDemandBooks ? D'où vient ce chiffre ?

Calimaq

Impressionné par ta capacité à brasser autant de sources d'informations différentes et à en tirer une telle synthèse. Rien ne m'a plus fait toucher du doigt ce qu'est l'infobésité que l'affaire Google Search Search. Tant de choses écrites ... déversées ... reprises ... citées ... déformées ... tant d'approximations, d'erreurs, d'amalgames ... jusqu'à l'écœurement et l'impossibilité de voir clair !
Un billet comme celui-ci fait du bien car il pose des repères.
Mais je suis surpris par l'orientation que tu prends. "Alors oui. Laissons Google numériser".
Non. Pas tant que les exclusivités sont là (exclusivité commerciale ; exclusivité d'indexation des contenus ; droit exclusif à numériser les oeuvres orphelines). Beaucoup trop dangereux : l'accès n'est pas tout. La liberté vaut encore la peine d'être défendue. Si les les exclusivités disparaissent, il n'y aura plus que des (mauvaises) raisons idéologiques à apposer à Google. Mais le chemin est encore long et d'ici-là, je refuse de baisser les bras.

Aurélia

La prochaine échéance est bien le 7 octobre et non le 6 novembre, date initialement proposée par l'Authors Guild et l'Association of American Publishers dans leur demande d'ajournement.
La nouvelle date du jugement sera probablement arrêtée à l'occasion de la mise en état qui aura lieu ce jour-là.
Source : http://tinyurl.com/ydqu2rt
Définition de Status Conference : http://tinyurl.com/yb2tclk

bruno racine

Une précision de ma part, après la lecture de cette analyse par ailleurs passionnante : Jean-Noël Jeanneney n'a pas été nommé président de la BnF par F.Mitterrand mais par J.Chirac, une première fois en 2002 puis renouvelé par le même en 2005 jusqu'à son départ à la retraite; je n'ai pas été nommé par N.Sarkozy mais également par J.Chirac.Le débat n'est pas lié fondamentalement à une option politique concernant d'éventuels partenariats avec des entreprises privées(la BnF avait envisagé un accord de numérisation avec Microsoft, qui n'est pourtant pas un modèle du point de vue de la concurrence, du temps de JN Jeanneney) mais plutôt sur la stratégie de numérisation : devons-nous investir davantage dans les ressources rares ou précieuses auxquelles Google ne s'intéresse pas? dans la plus-value éditoriale plus que dans le processus même de numérisation? devons-nous renumériser à nos frais ce qui l'a déjà été? une bibliothèque numérique doit-elle être sélective ou avoir une visée plus exhaustive? etc. Il va de soi aussi que la question du respect du droit d'auteur est essentielle pour la BnF. Le Ministère de la Culture se préoccupe d'une législation permettant de numériser et de rendre accessibles les oeuvres dites orphelines et la BnF participe à cette réflexion très importante.
Pour répondre à la question de Christophe, il semble que le nombre d'ouvrages en français du domaine public accessibles par Google Book dépasse 200000.
Bruno Racine

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we have lost in Google ?

POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Botte de foin


Postes McF 71ème section sur Galaxie
Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

novembre 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Related Posts with Thumbnails
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?

Affordance touitte.