« Faites briller les Chromes : Google OS est officialisé. | Accueil | Le web en clair-obscur »

09 juil 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

nicomo

J'hésite à attribuer un point Godwin à ce billet. C'est le Maréchal, pas Hitler. Disons un demi point.

Olivier Ertzscheid

Je prends le point Godwin si ça peut te faire plaisir. C'est un titre (de billet) peut-être racoleur ou exagéré. je n'en sais rien. Ce que je sais c'est que sur ces trois cas j'ai lu, au delà des pétitions, un nombre important de messages et de témoignages (y compris des principaux intéressés), et que Godwin ou pas, c'est bien un pétainisme rampant qui relie l'ensemble. Et j'ai la conviction que le risque de systématisation de ce genre de dérives est réel. Et que face à elles, les principaux concernés sont hélas impuissants et ont, à minimum, besoin du soutien de chacun de nous.

André Gunthert

Le point godwin, au début c'était drôle, maintenant ça devient fatigant. Revenons aux fondamentaux, please: le PG, c'est pour les commentaires. Un billet ne peut pas se troller lui-même. Reste le like ou les petites étoiles. Pour le billet ci-dessus, moi ce sera 5 étoiles.

Tredok

'jour.

Tiens, il est marrant de noter que je n'avais eu le même son de cloche concernant le lycéen. Il n'était pas si propre que décrit.
Pour les stagiaires, cela sent plus l'excès de zèle, doublé du léchage de bottes ^^

mast

Et quel son de cloche alors?

Helmut Fritz

Mêmes échos du côté de Nanterre, l'autonomie fraîchement acquise ouvre à des pratiques décomplexées, de type goulag ou autre... J'ai appris que des licences n'ouvriront pas à la rentrée. Et c'était même pas la peine d'essayer de résister.

old

Je crains hélas que ce ne soit pas tant que ça exagéré malheureusement.
Il y a un esprit proche de l'époque du maréchal en France.

pb

Cela glisse de plus en plus vers une forme d'autoritarisme politique et institutionnel, qui fait froid dans le dos. Ici on désigne en effet quelques cas, mais quand on regarde de près ou on suit cela régionalement (pour moi en Charente), les cas se multiplient.
Une vision à la fois synthétique et analytique de toutes les dérives qui se constituent, font bien apparaître un durcissement de la loi et du contrôle du pouvoir à l'encontre des citoyens et par la même des travailleurs en France.
Pour ceux qui avaient peur de la démocratisation de la société (horizontalisation et possibilité de libre expression), pour ceux qui mettait en critique la plus grande liberté du citoyen contre les valeurs et discours des pouvoirs hégémoniques, pas de souci, tout cela ne sera bientôt si cela se poursuit à cette cadence, qu'un pâle souvenir.
Gauchet a gagné contre Rancière, la méfiance contre la confiance, la pyramide contre le plan d'immanence politique.

une stagiaire en cours de licenciement et dégoutée

Pas du tout exagéré, peut être même sous-estimé...

Je crois qu'il faudrait trouver un nouveau mot pour décrire le phénomène en cours...

Ce n'est ni tout à fait du pétainisme (repression moins claire, qui ne s'assume pas officiellement : on cherche à "attaquer" les personnes contestataires sur d'autres tableaux),

ni tout à fait du fascisme (même s'il en a certains aspects : désignation de "l'ennemi" en lui créant une image fausse :
cas du lycéen "pas si net" que ça,
cas de stagiaires désignés par la vindicte populaire comme "mauvais" prof car l'inspecteur fait mine de ne pas comprendre le cours alors que les élèves eux, le comprennent
...

ni tout à fait du totalitarisme (même si peur et atomisation de la société sont bien présents)


N'oublions pas tout ce que comportait le projet de loi Edwige en matière de "flicage" de ce type de personnes jugées "dangereuses" par l'Etat...

Un nouveau mont donc serait nécessaire, il me semble. Qu'en pensez-vous?

Ceci dit, merci pour ce post!!!!

C'est rassurant de voir qu'il y a quand même des personnes éclairées au pays des Lumières, qui se rendent compte de la situation.


Signé : un stagiaire en cours de licenciement qui aime profondément enseigner et qui est bien dégouté

Blogueur Influent

La force du système sarkoziste c'est d'avoir compris qu'un exemple profondément injuste et choquant était extrêmement efficace. En faisant virer le rédacteur en chef de Match pour avoir fait du Match, par exemple, le (à l'époque) futur président a réussi à s'assurer non pas la complicité ou la complaisance de la presse mais une terreur durable, car à ce moment là les gens ne se disent pas "le pauvre gars" ni "il faut qu'on se serre les coudes" mais "ça pourrait m'arriver à moi".
Et une fois le mouvement enclenché, il n'y a plus rien à faire, l'obéissance passe en pilotage auto : autocensure, autodiscipline. Beurk.
Diviser pour mieux régner... Nier le projet commun, nier jusqu'aux classes sociales, et tout ça au profit de "communautés" : oui, c'est assez proche de la révolution nationale de Pétain tout ça. Le problème c'est que cette méthode de gouvernement va faire beaucoup de tort à l'intelligence comme au lien social, deux denrées qui ne me semblent pas spécialement abondantes, déjà.

Blogueur Influent

C'est marrant le point Godwin : c'est devenu une sorte de trophée négatif qu'on distribue, mais à la base, c'est juste un axiome qui est que, sur usenet, plus une discussion dure et plus elle a de chances de se terminer sur une réflexion qui se rapporte au nazisme. Et ça se constate, et effectivement c'est pénible puisque les références au nazisme sont des "Thought terminating clichés" (une fois mentionné, la discussion ne peut plus continuer). Mais le présent article n'a rien à voir avec ça, déjà parce qu'il est le point de départ d'une réflexion et non un chantage intellectuel placé au milieu d'une discussion (genre "ah ouais tu aimes pas tel écrivain/l'art contemporain/la viande/les chemises à carreau, eh bien Hitler non plus..."). De plus la comparaison se tient, car la révolution nationale pétainiste est un moment d'abêtissement et de pleutrerie terrifiant de l'histoire de France : de gauche ou de droite, des tas de gens se sont précipités pour obéir parfois très activement à des ordres qui étaient tout ce qu'ils détestaient vingt ans plus tôt, et avant même de les recevoir.

Igor Babou

Quels que soient les totalitarismes, ils ont tous généré les mêmes phénomènes au sein des institutions : servilité, suspicion généralisée, anticipation et amplification de comportements coercitifs, chasse aux personnels exerçant encore une pensée critique, etc. Quand on lit Vassili Grossman, qui décrit l'URSS stalinienne vue (en partie) depuis un laboratoire de recherche, on ne peut qu'être frappé par la similarité de nombreux comportements avec ce qui se passe dans la France d'Après les talonnettes. Quand on lit Sebastian Haffner, qui a magnifiquement décrit l'effondrement de l'Etat Allemand lors de la montée du nazisme, vue depuis les institutions juridiques, on ne peut là aussi qu'être frappés par de nombreuses similitudes comportementales avec nos institutions qui subissent la "montée" du talonnettisme.

Mais on sait aussi comment le stalinisme, le fascisme italien et le nazisme ont fini : Mussolini pendu par les pieds, la foule de défoulant sur lui. Avec le talonnettisme, la foule d'aura qu'à cracher par terre : notre petit dictateur maison est déjà assez près du sol pour qu'on n'ait pas besoin de gros efforts physiques. Un npeu de mépris, et beaucoup d'indiscipline, pas mal de résistance, et on devrait tout de même arriver à éradiquer la peste talonnettique.

Non, le vrai problème, ce n'est pas la hauteur des talonnettes : c'est, comme sous Hitler, Mussolini ou Staline, la servilité des valets du régime, et celle des fonctionnaires à ses ordres. Y compris dans les universités. Et y compris parmi les manifestants anti-LRU et autres adorateurs de l'Insurrection qui tarde... La servilité, le conformisme et l'abandon de tout esprit critique n'ont besoin d'aucun totalitarisme pour fleurir : ils en sont au contraire le terreau.

Olivier Ertzscheid

stagiairencoursdelicenciement> Vous faites partie des 30 toulousains ? Si oui, pouvez-vous me contacter en privé (olivier.Ertzscheid@gmail.com) pour que l'on échange davantage.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Appetit_couve_1600
Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we have lost in Google ?

POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Botte de foin


Postes McF 71ème section sur Galaxie
Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

mars 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
Related Posts with Thumbnails
Casssconn
Classiques connectés
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?

Affordance touitte.