« Iran net | Accueil | Un peu de poésie urbaine. »

17 juin 2009

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c622e53ef0115702bb0de970c

Voici les sites qui parlent de Du "cloud computing" au "home computing" : comment le web devînt fractal. :

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

narvic

Si je comprends bien, c'est une sorte de généralisation - au niveau du navigateur - des possibilités de partage poste à poste disponibles entre les Mac connectés en réseaux depuis de bien nombreuses années... Non ? J'ai loupé quelque chose ?

Si ne m'abuse, à peu près toutes les application Mac made in Apple permettent de tels partages en réseau. N'importe quel Mac connecté est un serveur en puissance. Non ?

On peut du coup se demander pourquoi ça n'a pas pris plus que ça (malgré la remarquable facilité d'utilisation)... Les Mac user's ont une petite expérience du sujet, on peut peut-être vous dire pourquoi... ;-)

Le premier obstacle a été clairement que ce système ne fonctionne qu'entre les utilisateurs d'une même plateforme. Mac OS n'a jamais atteint une masse critique d'utilisateurs suffisante pour faire décoller ces usages. Opéra y parviendra-t-il ? Le chemin semble long et difficile...

Second point crucial : ces applications demandent une connexion de nature synchrone, simultanée. On est donc dans un usage de type partage-tchat en direct, sauf à ce que - comme le souligne Philippe.Scoffoni.Net (ton premier lien) - on laisse nos machines connectées 7/7, 24/24.

C'est un problème qu'Apple avait tenté de résoudre avec ses iDisk, ou disques virtuels de partage (payants à travers l'abonnement désormais nommé MobileMe), c'est à dire, au fond... par du cloud computing !

Ça n'a pas rencontré un succès fulgurant, si je ne m'abuse. Non ?

A moins que je ne me trompe complètement, et que le service proposé par Opéra soit vraiment de nature totalement différente, voire révolutionnaire, bien sûr... ;-)

loran

Bonjour,

plusieurs remarques:
1) le "home computing" ne va pas dans le sens du green IT (tous les pcs allumés doivent etre allumés tout le temps)

2) Il n'est pas possible d'heberger chez soi des applis pros ou semi pros (qui sont quand meme la cible des acteurs clouds computing). Ce n'est pas possible, pour des problemes de securité physique, energetique, informatique... Ce n'est pas possible aussi, parce que faire du support IT ca induit des process (incident management, problem management, release management...) et surtout ca induit une gestion des backups/restore. Ce dernier point est malgré les apparences très complexe.

3) Concernant le controle des flux, et la mise en place de darknets (tor like) basés sur des browsers, l'(a) (r)évlution semble venir de HTML 5, cf le projet Veiled qui devrait bientot être dévoilé http://tinyurl.com/nve48q .

Bonne journée

Philippe Scoffoni

"Les termes de l'échange", c'est bien là aussi que réside une des clés du cloud computing, les termes et les conditions dans lesquels sont hébergées les données. Sur le site de la FFI on trouve un définition intéressante du Total Information Outsourcing qui permet selon les conditions du service de définir si il est "Libre" ou pas : http://tio.ffii.org/Tio_Libre_Definitions

Aline

Pour ma part, je suis une actrice de cette tendance du "home computing" ayant mon propre serveur chez moi, auquel je peux me connecter avec mes vieux portables clients qui fonctionnent encore. Il me sert de serveur téléphonique, de stockage et partage de fichier, de backup, etc. Et aussi je suis en train de le configurer pour que je puisse utiliser un logiciel libre qui permet de faire de l'analyse qualitative de données (Cassandre). Bref, c'est sur que si l'appart brûle je serai mal barrée, m'enfin.

nadaprod

Hé, rigole, j'y ai eu droit, disque dur principal et disque de sauvegarde crâmés en même temps, défaut physique, 10 ans de boulots et ressources diverses disparus...

Et ben, tu sais quoi : on s'en remet très bien :p et je préfère encore les savoir dormir sur des supports qui seront un jour réparés que triturés par des outils d'"analyse qualitative de données" made by google, amazon et consorts...

Anecdote mise à part, je m'étais pris la tête voilà cinq (!) ans sur le découpage adéquat entre off et online. Les premiers travaux sont d'ailleurs sur ces mêmes disques "crâmés" :'(

Ca ressemble à Opera Unite, sans Opera... A savoir, un package Apache + applis en PHP/Perl/Java/... (au choix) + SSL, accompagné d'un ipTables préconfiguré et doté d'une interface graphique valable. Côté navigateur et OS, les gens sont libres, après tout. Ce qui compte, c'est qu'ils puissent aisément dire : le répertoire "Mes documents\docspourtoi" ou "/home/moi/docspourtoi" est partagé, et vers qui.

En cas de données critiques, on pourrait même automatiser la création d'un tunnel SSH pour le transfert, ce que ce dernier (SSH) fait
très bien.

M'enfin, je dis ça, je dis rien.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we have lost in Google ?

POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Botte de foin


Postes McF 71ème section sur Galaxie
Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

juillet 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
Related Posts with Thumbnails
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?

Affordance touitte.