« Le petit lien du Week-End | Accueil | Médiatisation du mouvement universitaire. »

15 mai 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

François-Xavier Bodin

Sentiment partagé. Merci d'avoir pris la peine d'en faire un post.

Pierre

Il est sain, je crois, de poster ce genre de malaises parce qu'ils sont de plus en plus fréquents et partout... Et du coup, on finirait par s'y habituer, ce qui serait le plus grand danger.

Jean-Marie Le Ray

Oui, décidément, de plus en plus de parallélismes inquiétants, très inquiétants
http://adscriptum.blogspot.com/2009/05/france-italie-meme-combat.html
J-M

Xavier Cazin

Ce qui me rend diffusément mal à l'aise, c'est la jouissance qu'on prend à douter d'un type dont on a toujours souhaité qu'il ait plus de pouvoir, ou au moins que ce soit lui qui gère notre bien commun (la radio publique) plutôt qu'un autre.

Sitôt qu'il se retrouve dans cette position, par un concours de circonstances, car certaines décisions de notre président actuel sont de l'ordre du bluff — « si ça passe on criera au génie » et c'est passé avec Kouchner et Besson —, on se positionne résolument du côté adverse, comme si c'était plus confortable d'être du côté des opprimés et des baillonnés !

J'ai regardé jusqu'au bout cette vidéo. Je n'ai vu qu'un type qui casse les habitudes parce qu'il se sent une envie de taper la discute. Ce genre d'attitude peut être de la récup, mais un Sarkozy, on le voit venir de loin. Alors que Hees, il a toujours aimé ça, la discussion, le débat, et quand il s'en porte garant, on peut au moins lui laisser le bénéfice du doute, non ?

Olivier Ertzscheid

Xavier> bel argumentaire. En tout cas j'ai envie d'y croire même si je maintiens que Jean-Luc Hees aurait mieux fait de rester dans sa voiture. C'est d'ailleurs moins "un" homme dans "une" radio qu'un climat général que j'essayais de pointer. Mais OK bien sûr pour lui laisser le bénéfice du doute :-)

Solilocus Solus

Voyons voir si je comprends tout : on a donc un big boss, à peine placé par le Prince, qui commence par intervenir pour déclarer qu'il ne peut pas laisser à un invité la liberté de dire que la liberté de parole peut être limitée par les interventions des big boss placés par le Prince.

Je n'arrive pas à capter s'il abonde ou s'il réfute...

Emmanuel Bruant

J'ai été bercé par la voix de Jean-Luc Hees, en rentrant du bahut. Le bonhomme me fait toujours de l'effet. Mais je dois dire, comme toi et comme d'autres, mon profond malaise devant la réaction de Hees.
Comme le dit Xavier, Hees rompt les codes, c'est plutôt cool... Oui mais voilà, la question qu'on peut se poser est : ces codes doivent-ils être rompus ? Quand Plenel a commencé à débiter son discours ma première réaction a été de me dire que, tiens justement, il a tout le loisir de s'exprimer (il oublie au passage, dans sa grande rigueur journalistique, de dire qu'il est directeur d'une collection au seuil avec un certain Nicolas Demorand, mais passons).
Je n'avais donc pas besoin que Hees intervienne pour m'en rendre compte. En revanche, Hees sort de son cadre de directeur de radio France qui n'intervient pas trop directement sur les programmes.
L'attitude de Hees est symptomatique du Sarkozysme en tant que redéfinition du rapport aux institutions. CF les analyses autour du corps Sarkozy et du corps du président. Dans le même style de rupture, on peut citer le communiqué de presse de Dati à propos de Guigou (cf. Internet et opinion : http://internetetopinion.wordpress.com/2009/05/15/rachida-dati-et-le-communique-de-presse-le-plus-court-de-lhistoire/). Je ne suis pas sûr que nous devions nous réjouir de cette pseudo-transparence qui a pour effet premier de réduire le rôle de "sur-moi" des institutions.

mediacideur

Jean-Luc ou la radio à l'Heestomac...

Directeur de France Inter, il assure, décontracté, des "ménages" pour le compte du laboratoire pharmaceutique Novartis, il vire le chroniqueur Martin Winckler, auteur de La Maladie de Sachs, qui, mais ça n'a rien à voir hein, dénonçait certains groupes pharmaceutiques liés publicitairement à la radio de service public...
(sa femme, Muriel Hees, a-t-elle été embauchée à France inter pendant que Jean-luc en était président ? il serait intéressant de s'en assurer... Actuellement elle est directrice à Europe 1)

Remplacé à France inter il fait quelques piges sur RTL (à "On refait le monde" où cet élégantissime à propos du président iranien, vomit, en grand journaliste : "il est sale comme un peigne, en plus") puis il se case à Radio Classique, contrôlée par le groupe LVMH du très sarkozyste Bernard Arnault, où il papopote people (Hees comme société) et culculture (Hees bien raisonnable) enfin "anime" la tranche matinale quotidienne.

Bien entendu il collabore aussi à Charlie-Hebdo, Val oblige, qu'il avait auparavant invité régulièrement à venir bafouiller à France Inter.

Avec Val (dont le fond de commerce est le lynchage systématique de tout ce qui est arabo-musulman et à gauche de Finkielkraut) et Hees (pour qui la gauche s'arrête à une Hillary Clinton et que révulsent les mêmes que ceux que son pote lynche) Radio France sera comme d'habitude "ni de droite ni de gauche" (donc de droite) et résolument "équilibrée" dans l'international (donc farouchement pro-Washington et encore plus pro Tel-Aviv) nul doute que les cochons seront bien gardés.

mediacideur

En 2003, déjà, Jean-Luc avait obtenu "La Laisse d'Or" de PLPL (l'ancêtre du Plan B) :

"Hees a la Laisse. Nommé patron de France Inter par Jean-Marie Cavada, Jean-Luc Hees a apporté à la propagande patronale sa patine de vieux cabot « rock'n'roll » amoureux des « Stones ». Medef Inter émet vingt-trois heures sur vingt-quatre. Mermet est coincé entre Jean-Pierre Gaillard, Brigitte Jeanperrin, Jean-Marc Sylvestre, Dominique Bromberger... Sans oublier les chouchous que sont Raymond Soubie, Pascal Lamy, Alain Bauer et Xavier Raufer. Philippe Val est l'autre caution de « gauche » de la station ? « De temps en temps il a des choses à dire et il ne se gratte pas trop pour les dire », explique Hees », mais depuis des mois, ce que dit Val c'est surtout des bêtises contre Chomsky. Autrement, il se serait intéressé a une affaire qui sent la censure et les laboratoires pharmaceutiques. Hees a en effet renvoyé Martin Winckler, dont les chroniques déplaisaient à de gros annonceurs. Puis Hees a expliqué avec élégance : « M. Winkler doit beaucoup à France Inter, je crois qu'il le sait, je crois que tout le monde le sait. Si moi je me conduis pas bien dans un dîner et que je suis pas réinvité, je m'acharne pas à sonner à la porte, je reviens pas. » (France Inter, 28.08.03) L'antenne de la radio publique est donc devenue la table d'un Jean-Luc Hees qui se croit seul juge de la « conduite » des autres. Depuis la rentrée, les auditeurs sardons ont rusé et franchi plusieurs fois le filtrage des questions autorisées par les policiers heesiens. Et Paoli a donc râlé quand, une fois de plus, PLPL l'a roulé : « On vous donne l'antenne. On vous fait confiance. On vous fait cadeau du micro et (hésitation) ben vous faites un plaidoyer pour Martin Winckler… » (08.09.03). Quand il ne signe pas des pétitions avec PPDA (Libération, 06.10.99), quand il ne dévoile pas son penchant pour le ministre de Villepin « plutôt beau gosse » (Stratégies, 21.02.03), Hees insulte les intermittents du spectacle qui, selon lui, « contribuent à scier la branche sur laquelle ils sont assis » (France Inter, 01.07.03).
Une laisse en or est plus difficile à scier."

Mario

Jean Luc Hees a tout de même viré Martin Winckler qui critiquait l'industrie pharma, et laissé le LEEM faire un communiqué pour se défendre des vilaines attaques dont il était l'objet. Dans le même temps, JLH faisait des ménages pour l'industrie.

mediacideur

Merci de m'avoir lu, Mario...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Appetit_couve_1600
Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we have lost in Google ?

POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Botte de foin


Postes McF 71ème section sur Galaxie
Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

juillet 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Related Posts with Thumbnails
Casssconn
Classiques connectés
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?

Affordance touitte.