« Le poids des mots marchands. | Accueil | Timeline Google. 10 ans. 10 Dates. »

23 sep 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Michel Lecour

Whaou ! Merci, et merci encore pour cette brillante lecture, pour la vigilance et pour la conclusion que vous en proposez.
Il fallait être en alerte (on a tous vu l'annonce du post de S. Brin), disponible (pour la recherche et le recoupement des infos, plus rare) et savoir lire entre les lignes (c'est à dire avoir déjà bien réfléchi) et pas seulement réagir.
Ce cas d'école mérite plus qu'un instant lumineux dans la blogosphère.
Merci.

claude

Heu...

maladie= un gène

mais aussi maladie=une gêne

dans ce cas, c'est aussi tout à fait adéquat... :-)

Enfin une faute d'accent qui a des effets amusants...

Olivier Ertzscheid

Michel> Merci :-)
Claude> Merci aussi. C'est corrigé.

Jean-Marie Le Ray

"Voilà pourquoi les chercheurs et les citoyens ne peuvent pas laisser le politique faire n'importe quoi."

Certes, mais de plus en plus, ça n'empêche pas les politiques de faire effectivement n'importe quoi.

Une tendance qui ne fait que s'accroître. Je pense sérieusement à un billet que j'intitulerai "la fin de la démocratie".

En Italie, on y est déjà. En France, si ça continue au même rythme que le pas pressé de Sarko, ça va pas tarder non plus...

Jean-Marie

Olivier Le Deuff

Bon, voilà qui va m'inciter à écrire ce billet entre la société de veille face à une société de surveillance basée sur la pré-voyance médicale ou sécuritaire.
Veut-on vraiment se retrouver dans Minority Report ?

Martin Lessard

Brillant!

Je crois que 23andMe et Google sont plus semblables que cela peut paraître:

Google a fait sa fortune en offrant le "knowledge just in time" ET une offre d'information approximative et passable (entre googler une réponse et chercher dans une encyclopédie, il y a des réponses que Google offre un bon rapport qualité/prix).

23andMe aussi offre une réponse so-so, mais un bon rapport/qualité prix.

Deux sociétés d'approximation, en quelque sorte...

Miston

"Seul compte le dogme génétique : une maladie = un gène ; Vous voulez savoir si vous allez être malade ? Demandez-nous si vous avez le gène."
Il est vrai que certaines mutations sont connues depuis plusieurs années pour provoquer inévitablement des maladies (trisomie, diabète insulino-dépendant pour citer deux exemples connus et pas nécessairement monogéniques).
Les généticiens savent bien que les maladies ne sont pas nécessairement dues à la mutation d'un seul et unique gène. Ils savent aussi qu'il faut distinguer les mutations prédisposant à quelque chose de celles dont les effets sont simples à décrire.
En tout cas ce n'est pas parce que des entreprises utilisent la crédulité générale pour s'enrichir qu'il faut mettre tous les scientifiques dans le bain avec et notamment les médecins du monde hospitalier qui travaillent au quotidien avec les familles dont un ou plusieurs membres sont porteurs de mutation ayant des effets parfois désastreux.

Olivier Ertzscheid

Jean-Marie & Olivier> J'attends avec impatience votre prose :-)
Martin & Michel> Merci :-) J'aime bien cette notion d'approximation. Comme dans un beau paradoxe antique, la capacité d'approximation semble effectivement être devenue un paramètre "standard" de la "pertinence".
Miston> J-A-M-A-I-S je n'ai mis les médecins dans le bain :-( Bien au contraire. Ils seront les premières victimes de ce genre de système (remise en cause ou déplacement de l'espace de diagnostic) mais ils sont SURTOUT la première solution au problème. Je sais qu'ils ont d'autres choses à faire, mais il faut souhaiter qu'ils puissent avoir le temps de s'emparer de ces problématiques et de ces outils pour en souligner les intérêts et surtout les lacunes. Dans l'intervalle, vous pouvez compter pour quelques praticiens de l'IST pour brandir la sonnette d'alarme :-)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Appetit_couve_1600
Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we have lost in Google ?

POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Botte de foin


Postes McF 71ème section sur Galaxie
Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

avril 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Related Posts with Thumbnails
Casssconn
Classiques connectés
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?

Affordance touitte.